Comment calculer la valeur de son entreprise ?

valeur d'une entreprise

Poussé par des raisons professionnelles, économiques ou personnelles, vous pouvez décider de vendre, de transmettre ou d’acquérir une société. Pour ce faire, il est d’abord primordial de calculer la valeur de cette dernière afin de mieux entreprendre les négociations. Ce qui n’est pas un simple exercice et encore moins une science exacte. Comment procéder ? Voici un article qui vous présente trois méthodes de calcul.

1. Calculer la valeur d’une entreprise par l’actif net corrigé selon l’approche patrimoniale

La méthode d’évaluation par l’actif net corrigé selon l’approche patrimoniale consiste à estimer la valeur du patrimoine de l’entreprise. Pour ce faire, il vous revient de procéder à l’analyse et à la correction de l’ensemble des postes de l’Actif ainsi que ceux du Passif en vous basant sur le bilan comptable le plus récent de l’entreprise. L’Actif net corrigé sera ainsi obtenu suite à une différence entre ces deux paramètres. Ce qui vous permet de valoriser votre entreprise. Sur le blog pour les TPE/PME, vous pouvez également avoir d’importantes ressources sur le sujet.

1.1. L’analyse et la correction des postes d’Actifs ?

Il s’agit là de plusieurs rubriques à explorer, analyser et corriger afin d’avoir l’Actif corrigé. Plusieurs postes se distinguent : on peut avoir les immobilisations incorporelles, les immobilisations corporelles, les créances commerciales, les banques, etc. Pour une analyse réussie, les immobilisations corporelles doivent être réévaluées suivant la valeur du marché et non suivant la valeur comptable. Les créances commerciales quant à elles feront l’objet d’une analyse méticuleuse.

Elles seront donc nettoyées ou réduites par les impayés en prenant en compte les délais de paiement accordés et les retards de paiement. Les créances douteuses et celles perdues définitivement seront également prises en compte. La trésorerie de l’entreprise et les titres de placement en ce qui les concerne ne posent pas de problème d’interprétation.

Dans ce cas, ils peuvent être pris en compte en considérant le montant présenté dans le bilan comptable. D’autre part, vous pouvez procéder à la valorisation de certains points forts de l’entreprise. Il peut s’agir de la mise en place d’un réseau propre de distribution, l’acquisition d’un réel savoir-faire interne, etc.

1.2. L’analyse des Passifs du bilan

S’agissant des passifs, il est question d’informations légales et financières relatives aux entreprises. L’analyse des passifs prend en compte l’ensemble des dettes de l’entreprise. Qu’il s’agisse de dettes à court terme, moyen terme ou à long terme. Les provisions se doivent également d’être analysées et prises en compte. Il est question d’éventuelles indemnités de licenciement ou de retraite.

L’analyse des passifs du bilan comptable d’une entreprise est réalisée par celui qui veut céder son entreprise, mais encore et surtout par le repreneur. Car les passifs d’une entreprise peuvent représenter un véritable piège pour ce dernier.

2. Calculer la valeur d’une entreprise en fonction de sa rentabilité et du multiple de résultat

Cette méthode consiste à calculer la valeur de l’entreprise suivant deux critères : ses résultats et le coefficient multiplicateur. Ainsi, en ce qui concerne le paramètre résultats, les experts se focalisent soit sur le résultat net, soit sur le résultat brut d’exploitation (RBE) ou sur le résultat courant (RC).

D’autres experts toujours dans le cadre de l’usage des résultats dans la valorisation d’une entreprise préfèrent se calquer sur la MBA (marge brute d’autofinancement). Elle représente le résultat net exclut des provisions et des amortissements. Ce premier critère s’inscrit d’une certaine manière dans le cadre de la valeur ajoutée créée par l’entreprise au cours de son fonctionnement.

En ce qui concerne l’utilisation du coefficient multiplicateur, son utilisation dans le calcul de la valeur d’une entreprise dépend du domaine d’activité. En effet, plus le secteur économique dans lequel intervient l’entreprise est risqué, plus faible est le multiple. En gros, la valeur de l’entreprise est moindre dans ce cas.

Contrairement lorsque l’entreprise évolue dans un domaine à fort potentiel, elle se trouve très valorisée. Toutefois, il convient d’être prudent avec la méthode des coefficients multiplicateurs surtout dans le cas où la fourchette des multiples est large.

3. La méthode de calcul basée sur les flux de trésorerie

Cette méthode de calcul de la valeur d’une entreprise considère la rentabilité à venir de l’entreprise d’ici cinq ou dix ans. Le calcul de ce flux consiste à additionner le résultat d’exploitation diminué de la somme des impôts avec les sommes d’argent prévues et affectées aux amortissements et provisions. Ensuite, du montant obtenu, soustraire les dotations d’exploitation, l’augmentation du besoin de fonds de roulement ainsi que +les investissements.

Après cette étape, l’acheteur et le vendeur imaginent sur un horizon de temps fixé l’évolution de l’entreprise. Ceci permet de déterminer la valeur terminale. La valeur de l’entreprise est ainsi déterminée en additionnant les flux de trésorerie et la valeur terminale.

En somme, le calcul de la valeur d’une entreprise repose sur trois méthodes principales. La méthode de calcul basée sur l’Actif net corrigé selon l’approche patrimoniale, la méthode de calcul basée sur la rentabilité de l’entreprise et le multiple de résultat. Et enfin la méthode des flux de trésorerie. Sur le blog pour les TPE/PME, vous pouvez avoir d’importantes informations sur le sujet. N’hésitez pas à y faire un tour !

La paix d’esprit digitale : Comment sécuriser vos informations avec un coffre-fort numérique fiable
PIM et e-commerce : comment une gestion de l’information produit contribue-t-elle à améliorer la visibilité des produits et à augmenter les conversions en ligne ?