Crédit immobilier : Comment comparer les offres de crédit ?

Crédit immobilier

La négociation d’un prêt immobilier permet de trouver une formule d’emprunt profitable en phase avec votre capacité de remboursement. Pour repérer une banque prête à vous accorder la somme dont vous avez besoin pour financer votre bien, vous devez multiplier les recherches et rassembler un maximum d’informations tout en faisant preuve de vigilance. Vous trouverez, dans cet article, des instructions claires pour mieux comparer les offres d’emprunts immobiliers.

Les démarches préalables à la comparaison d’offres de crédits

Pour réaliser une bonne comparaison, vous devez confronter des crédits immobiliers du même montant et sur la même durée de remboursement. Les offres qui s’étalent sur 25 ans sont de toute évidence plus coûteuses que celles sur 15 ou 20 ans. Cependant, vous devez définir vos besoins pour mieux comprendre vos droits et savoir reconnaître la formule d’emprunt qui correspond davantage à vos besoins.

Pensez alors à demander aux établissements bancaires une proposition sur différentes durées. Cette démarche est essentielle surtout si vous hésitez encore à choisir votre offre. Elle vous permet de comparer un à un les mêmes éléments. Par ailleurs, vous aurez à confronter les formules pour lesquelles vous avez obtenu l’accord de la banque.

Utilisez un comparateur de crédit immobilier en gardant en tête que les termes de l’emprunt communiqués en ligne diffèrent de ceux que vous pourriez obtenir après une négociation en face à face avec le banquier. Les plateformes de comparaison en ligne sont utiles mais vous ne devez pas vous en contenter. Les professionnels étudient les dossiers de manière individuelle, ce qui pourrait vous faire bénéficier d’offres encore plus avantageuses. Grâce aux comparateurs en ligne, vous pouvez choisir les établissements bancaires susceptibles de vous accorder un financement dans les meilleures conditions.

Les éléments de comparaison pour une offre de crédit immobilier

Le premier élément à prendre en considération en comparant les offres de crédits est le taux d’intérêt. Il va sans dire que le surplus que vous aurez à payer peut fortement influencer votre décision. Plus le taux d’intérêt est faible, plus les termes de l’emprunt sont profitables. A priori, ce paramètre peut sembler suffisant pour différencier les crédits. Pourtant, vous devez tenir compte des coûts supplémentaires.

Parmi ces frais additionnels, nous citerons le TAEG du prêt : un indicateur incontournable qui permet à l’emprunteur de mieux se situer par rapport aux offres fournies par les banques. Le TAEG inclut le taux d’intérêt nominal, mais aussi les frais de traitement de dossier, le coût des garanties, des assurances et d’autres dépenses.

D’un autre côté, il y a le TAEV du crédit devenu obligatoire depuis 2015. Cet indicateur permet d’évaluer les frais de l’assurance emprunteur. Pour cette raison, les établissements bancaires sont tenus de signaler le TAEA et la TAEG. Ces informations sur le crédit immobilier sont d’une importance capitale puisque le montant de l’assurance emprunteur est relativement élevée.

Le coût total du prêt est un autre élément qui vous permet de comparer les offres d’emprunt avec précision. Il est le pendant du TAEG du crédit assurances comprises. Aux yeux de l’emprunteur, cet élément est plus facile à saisir parce qu’il ne s’exprime pas pourcentage mais en euros. Il peut donc être utilisé pour confronter les formules de crédit au niveau pécuniaire. Pour en savoir plus, rendez-vous sur emprunter-malin.com

La modularité du prêt et les IRAs Indemnités

Il convient de souligner que les crédits sont pour la plupart modulables. En d’autres termes, tous les emprunts immobiliers n’obéissent pas aux mêmes conditions. Les banques sont parfois dans l’obligation de se montrer flexibles afin d’aider l’emprunteur à payer ses mensualités sans pour autant perturber son train de vie. Avec un crédit modulable, vous obtenez :

  • Une diminution des mensualités du crédit si vos revenus subissent une baisse significative au fil du temps ;
  • une augmentation des mensualités si vos revus connaissent une hausse importante ;
  • une pause remboursement si vous êtes licenciés.

Si le crédit s’étale sur dix à vingt ans, il vaut mieux envisager toutes les possibilités. Mieux vaut s’adapter aux termes du prêt immobilier dès le départ que de pousser les établissements bancaires à le faire.

Par ailleurs, si vous désirez investir dans l’immobilier neuf en passant par un crédit bancaire, sachez que vous avez la possibilité d’anticiper les remboursements de manière totale ou partielle. Cette décision survient lorsque l’emprunteur reçoit un héritage ou récupère une somme importante en vendant son logement. Ces Indemnités de Remboursement Anticipé sont négociables lors de la souscription du crédit immobilier. Comme elles peuvent atteindre 3% du capital restant, elles représentent un véritable apaisement pour les emprunteurs.


L’infiltrométrie : Comprendre l’importance de l’étanchéité à l’air dans la construction
Assurance emprunteur : résiliation à tout moment avec la loi Lemoine