Artisanat tibétain : focus sur le drapeau tibétain

drapeau tibétain

Le Tibet est une région autonome située dans le Sud-Ouest de la Chine. Largement imprégnées de la culture bouddhiste, les populations tibétaines produisent de nombreuses œuvres artisanales appréciées des touristes. Le drapeau tibétain est l’une de ces fabrications. Il possède une symbolique propre à lui et serait doté d’une pléiade de vertus. Voici ce qu’il faut savoir sur ce drapeau.

Histoire des drapeaux de prières tibétains

L’histoire du drapeau tibétain remonte à l’ancien Tibet. Ces morceaux de tissus existeraient bien avant le 15e siècle, période au cours de laquelle ils étaient peints à la main.

Ce n’est qu’après le 15e siècle que les techniques d’impression manuelles avec des tampons ou des blocs de bois furent importées de Chine. Cet art relève donc d’une tradition profonde, qui dure depuis bien des siècles maintenant.

Les textes imprimés sur les morceaux de tissu seraient inspirés sur des concepts profonds issus du bouddhisme tibétain. C’est des morceaux de tissus tributaires de la philosophie que cette branche de la religion prône.

Grâce à l’art de l’impression manuelle, la même prière pouvait être inscrite sur de nombreux drapeaux de prières. Cela favorisa grandement la vulgarisation du concept ainsi que son voyage à travers les générations.

Jusqu’à nos jours, certains drapeaux de prières restent imprimés avec ces techniques dans des commerces qui désirent faire preuve d’authenticité.

Lors de la Révolution Culturelle, la Chine prit d’assaut le Tibet et détruisit la plupart des drapeaux de prières qui existaient à l’époque. Les équipements de fabrication ont alors servi de bois de chauffage ou de manches pour différents outils.

Assurément, pendant cette période, une multitude de drapeaux et prières originaux furent perdus à tout jamais. Il n’empêche que l’art du drapeau tibétain continue d’être perpétré et s’est même répandu au monde.

Symbolique des drapeaux de prières tibétains

Les drapeaux de prières étaient utilisés par les prêtres Bonpo du Tibet, comme de nombreuses autres œuvres de l’artisanat tibétain. C’étaient des tissus colorés qui servaient dans les cérémonies de guérison.

Chacune des couleurs dont s’ornaient les drapeaux ont une signification précise qui leur a subsisté à travers le temps. Ainsi :

  • Le bleu représente l’espace et la voûte céleste.
  • Le blanc représente l’air, le vent, les nuages.
  • Le rouge représente le feu.
  • Le vert représente l’eau.
  • Le jaune (parfois tirant vers l’orange) représente la terre.

L’ordre dans lequel sont citées les représentations des couleurs est celui recommandé par la tradition, le ciel en première position et la terre en dernière position.

Il arrive dans certaines ramifications que l’air et l’eau échangent leurs couleurs, mais l’ordre est généralement respecté.

Dans la médecine orientale, il faut qu’un équilibre constant existe entre ces cinq éléments pour assurer le bonheur et la quiétude de chaque individu.

Cela traduit d’ailleurs à la perfection le dicton « Un esprit sain dans un corps sain et dans un environnement sain ».

Les différentes formes des drapeaux de prières tibétains

Il est possible de retrouver deux formes principales des drapeaux de prières tibétains : les Loungta et les Darchok.

Loungta, qui veut dire cheval du vent, est l’appellation donnée aux guirlandes de petits morceaux de tissus tibétains. Il s’agit de petits morceaux de tissus de forme rectangulaire sur lesquels sont inscrits des prières, les mantras.

Sur les tissus qui sont habituellement des couleurs citées précédemment, il n’est pas rare de retrouver un cheval imprimé. Il représente les trois piliers du bouddhisme :

  • Le Bouddha.
  • Les enseignements de Bouddha appelés Dharma.
  • La communauté des croyants bouddhistes, le Sangha.

En dehors des Loungta, il y a aussi les Darchok. Il s’agit de longues banderoles ou bannières de couleurs différentes. Des symboles sacrés et des mantras y sont inscrits. Ils sont accrochés le plus souvent sur des mâts allant jusqu’à cinq mètres de hauteur.

L’utilisation faite des drapeaux de prières tibétains

La légende voudrait que le vent, dans sa course, emporte avec lui les prières inscrites sur les morceaux de tissus. Il les activerait ainsi et toutes les personnes qu’il rencontre en bénéficieraient.

Ils serviraient aussi à apaiser les dieux et esprits des lacs, ruisseaux et montagnes. Ces drapeaux sont considérés comme des porte-bonheurs qui protègent des difficultés et du malheur.

Les drapeaux de prières tibétains sont installés sur les sommets et les cols de montagnes, sur les chemins menant à des temples, accrochés aux toits ou entre des arbres. À l’intérieur d’une habitation, les drapeaux apporteront une énergie protectrice et spirituelle.

Dans l’espace extérieur de votre habitation, ils contribueront à faire régner la paix et la prospérité, aussi bien chez vous que dans les alentours.

Leur danse harmonieuse et la multitude de couleurs qu’ils proposent rendront votre environnement poétique. C’est l’idéal pour allier sérénité spirituelle et décoration artistique.

Si vous désirez vous fier entièrement à la tradition tibétaine, vous devrez alors changer vos drapeaux de prières tibétains chaque année, lors des festivités consacrées au Nouvel An tibétain.

Les drapeaux de prières tibétains constituent un magnifique cadeau éthique, qui plaira sans doute aux amoureux des cultures traditionnelles.


Top 10 des cadeaux à offrir à un amateur de cuisine et gastronomie
5 bonnes raisons d’acheter des bijoux d’occasion