Investir dans les sociétés civiles de placements immobiliers

une SCPI

Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier proposent une solution d’investissement immobilier accessible à toutes les personnes qui souhaitent se lancer dans ce domaine d’activité sans acheter le bien dans son intégralité. Cette démarche a réussi alors à conquérir de nombreux investisseurs qui disposent d’un budget limité et souhaitent toutefois tenter leur chance et se construire progressivement un patrimoine respectable.

En quoi consiste une SCPI ?

La naissance des SCPI remonte aux années 60. À ce moment-là, elles permettaient aux investisseurs de se forger une place dans le marché immobilier professionnel. Ces sociétés les aidaient alors à acheter des parts dans une société de placement. Grâce à ce principe qui était à cette époque innovatrice, tout le monde pouvait avoir sa part du gâteau sans détenir la totalité de la valeur du bien.

Avec un placement moyen, il devenait possible d’investir sans se soucier des procédures de gestion connues pour leur complexité et pour les connaissances pointues qu’elles requièrent pour être menées conformément à la législation mise en vigueur. En répartissant les parts sur plusieurs acquéreurs, les gains sont partagés et les risques tout autant.

Cette démarche se caractérise par son aspect indirect permettant aux sujets intéressés de diversifier les sommes qu’ils auront épargnés à travers les années. Grâce à ce placement dit collectif, les portes du marché immobilier leur ont ouvertes. Ces investisseurs vont alors pouvoir dégager des revenus, mais les risques sont bien réels.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur portail-scpi.fr.

Comment ça marche ?

À travers un investissement scpi, le sujet achète des parts, plus ou moins chères, à la société en question. Celle-ci va, à son tour, acheter la totalité du bien ou de l’immeuble qu’elle soumet par la suite à la location. Ainsi, chaque mois, les investisseurs reçoivent leur part du loyer ; une somme qui varie en fonction de leur placement initial. Il convient alors de classer ces sociétés en 2 grandes catégories :

  • Les sociétés à capital fixe : La valeur du capital est déterminée par le gérant. Celui-ci a ensuite la possibilité d’accroître l’investissement, et ce de manière régulière. Sachant que le prix de vente et d’achat évolue en fonction des aléas du marché, l’investisseur est autorisé à souscrire uniquement au moment de la construction du capital ou encore durant les volets prévus pour ce type de démarche.
  • Les sociétés à capital variable : Dans ce cas de figure, il est possible de procéder à un acte de souscription à tout moment. Comme le gérant a la possibilité d’investir tous les capitaux récoltés, c’est de lui que dépend la valeur des parts. Cette alternative peut conduire à l’acquisition de biens moins rentables, mais comporte moins de risques que celle adoptée par les sociétés à capital variable.

Acheter des parts : mode d’emploi

En tant qu’investisseur dans une société civile de placement immobilier, 2 solutions s’offrent à vous :

  • La solution directe : Si vous optez pour cette alternative, vous pouvez acheter, de manière directe, auprès de votre établissement bancaire ou d’une société de gestion.
  • La solution indirecte : Ici, il faudra passer par un intermédiaire qui n’est autre que l’unité de compte à travers l’assurance-vie. Un avenant doit alors être rempli et adressé à la compagnie d’assurance.

Contrairement aux procédures d’achat d’un bien immobilier, le recours aux sociétés civiles de placement vous épargne ces démarches laborieuses. Cela reste dans le cadre des investissements locatifs. Les formalités administratives sont alors plus restreintes vous évitant le recours à un notaire. Il s’agit seulement de bien remplir un document, appelé dans le jargon légal et immobilier, « bulletin d’adhésion ».

Pourquoi choisir une scpi de rendement ?

Comme vous le savez surement, en choisissant ce type d’investissement immobilier, vous avez le choix entre une scpi de rendement et sa concurrente fiscale. Si la première option compte plus d’adeptes que la seconde, c’est parce qu’elle active un principe très rentable, celui de la répartition des revenus sur les ventes des parts. On parle, dans ce cas, d’immobilier d’entreprise. Dans ce cas de figure, les biens sont des locaux à but commercial ou des bureaux loués à des établissements entrepreneuriaux ou des établissements publics. Comme les locaux sont plus grands, les loyers sont plus élevés et les revenus générés plus intéressants. Le patrimoine immobilier peut alors comporter :

  • Des bureaux
  • Des commerces
  • Des cliniques
  • Des EHPADs
  • Des maisons de repos
  • Des institutions de soins palliatifs
Comment cuisiner les lactaires délicieux ?
Faire de belles rencontres à Liège